18/10/2018: Asylum and Human Rights – 19 European civil society organisations present their recommendations to the European Commission

 

Statement – 18 October 2018

Asylum and Human Rights

19 European civil society organisations present their recommendations to the European Commission


In view of the ongoing reforms of the Common European Asylum System (CEAS) and related national-level developments, 19 civil society organisations come together to call on the European Commission to seize this historic opportunity to promote an orderly and efficient system which strengthens the EU’s and Member States’ ability to meet obligations under international human rights law.

In a joint letter, the 19 signatories told Mr. Dimitris Avramopoulos, Commissioner for Migration, Home Affairs and Citizenship, that the CEAS and its Dublin Regulations, along with national-level policies, have led to a situation in which refugees and displaced people across Europe are trapped within unhealthy environments, where they face unacceptable rights violations in relation to health, living conditions, access to information and asylum, and freedom from inhuman or degrading treatment.

The signatories called on the European Commission to support a reform of the CEAS and Dublin Regulations which safeguards priciples of international human rights law, and presented a number of concrete recommendations.

Read the letter and full list of recommendations (here as a PDF)

Joint-letter-regarding-CEAS-reform-page-001Joint-letter-regarding-CEAS-reform-page-002Joint-letter-regarding-CEAS-reform-page-003

Advertisements

This is our fight: why anti-fascists should oppose Islamist extremism

We should be at the vanguard of the battle against Islamist extremism, shaping the fight in the interest of tolerance, equality and human rights.

HOPE not hate has been speaking out against Islamist extremism since 2010 and we then published our first major report, Gateway to Terror: Anjem Choudary and the al-Muhajiroun network in 2013, which exposed the violence and terrorism at the heart of the al-Muhajiroun (ALM) international network.


In 2014, we also published Cheerleading for IS: Anjem Choudary and al-Muhajiroun’s support for the Islamic State outlining how ALM was a major recruiting network for the then expanding Islamic State.

Regarding our work the Commission for Countering Extremism stated:

Despite the loud noise from the Far Right when it comes to tackling Islamist extremism, it is groups like Hope Not Hate that have carried out vital work in exposing Islamist extremists in our country, as opposed to engaging in anti-Muslim bigotry on social media. The anti-racist group did phenomenal work in identifying the scale of activism carried out by the now proscribed group Al-Muhajiroun.

During the course of our research, we attended countless Islamist extremist demonstrations at which we heard and saw vile antisemitism, homophobia and misogyny, often far worse than anything we heard on the English Defence League (EDL) demonstrations we had also been covering for years.

We could make the argument that anti-fascists should be vocal opponents of Islamist extremists because hate preachers like Anjem Choudary function as a driver of far-right extremism. This is of course true; the EDL emerged in direct opposition to ALM. But for this to be the sole reason to speak out would be tactically and, more importantly, morally wrong.

Put simply, we have to mobilise against Islamist extremists because it is the only consistent position and the only way to stay true to our core values; it is our duty as anti-fascists.

Over the last few years we have all seen the harrowing footage of Islamist fanatics sweeping through vast areas of Iraq and Syria like a sandstorm, butchering, raping and murdering their way across the region. In the wake of the fall of Mosul to Islamic State HOPE not hate went to Northern Iraq to see for ourselves the suffering and oppression, producing a magazine special titled Life on the Run from the Islamic State.

Like the stories of fascist oppression from the 20th century that we are all familiar with, we heard stories about the murder and persecution of people, not for what they had done, but because of who they are. Shia Muslims, Assyrian, Syriac, Chaldean and Armenian Christians, Yazidis, Druze, Mandeans and Shabaks have all been mercilessly put to the sword.

While the tactics (both military and propaganda) used by Islamist extremists both in the UK and abroad are markedly modern, their ideology is fundamentally rooted in a strident rejection of progressive notions of democracy, equality of gender and sexuality and freedom of religion. We have all watched in horror at the forced imposition of this barbaric values system within the Islamic State, manifesting as torture, beheading, crucifixion, and the enslavement and rape of women being conducted on a near genocidal scale.

HOPE not hate has shown how UK Islamist extremists have played a key role in recruiting European fighters to get involved in this violence abroad and how Choudary and ALM have inspired bloodshed on the streets of the UK.

The anti-fascist response 

Anti-fascists of all political backgrounds have traditionally united in condemning and fighting fascist antisemitism, racism, homophobia, sexism and totalitarianism, no matter how these far-right groups look, dress or even define themselves. In the case of Islamist extremism, this has yet to be the case.

While some anti-fascists have long opposed Islamist extremists and there are welcome signs that the left more generally in the UK are slowly waking up to this as an issue, we must raise our voices much louder and claim this as our fight. People in the communities in which HOPE not hate organise are angry about this issue and want us to speak about it. Anti-fascists should be at the vanguard of the battle against Islamist extremism, shaping the fight in the interest of tolerance, equality and human rights.

If we do not make this one of the anti-fascist issues of our age, we will be conceding the battlefield to those who seek to use this issue for the promotion of intolerance, bigotry and racism. We have already seen how the British National Party sort to exploit this issue for their own fascistic aims and how the EDL formed in response to ALM. Last year we witnessed the Football Lads Alliance emerge in response to terrorist attacks.

If we don’t speak about these issues then the only voices that concerned people will hear will be groups like these. As such, as well as raising our voices against Islamist extremists we must also challenge anyone who seeks to use this issue to attack the wider Muslim community, the vast majority of whom have no time whatsoever for the likes of Choudary.

Those who went to Spain in the 1930s to confront fascism were often called “premature anti-fascists” as they saw the dangers of not confronting evil, hatred and the threat to the international working class before most others.

The tortures, rapes and mass murders carried out by Islamic State and the terrorist attacks carried out by violent Islamists in the UK and Europe are well documented, making it rather too late to become “premature” anti-Islamists. But, if the anti-fascist movement does not wake up and unite in the face of this hatred, we risk being caught on the wrong side of history.

 

Albania and Greece persist in ignoring repeated UN recommendations on 502 Albanian Roma children gone missing while at the hands of Greek authorities [Parallel Report on Albania’s compliance with the International Convention on the Elimination of All Forms of Racial Discrimination]

Albanian Roma children gone missing while at the hands of Greek authorities [Parallel Report on Albania’s compliance with the International Convention on the Elimination of All Forms of Racial Discrimination]

See report at the UN website: https://tbinternet.ohchr.org/_layouts/treatybodyexternal/Download.aspx?symbolno=INT%2fCERD%2fNGO%2fALB%2f32693&Lang=en

or here:
submission to cerd on albania 17-9-2018

 

08/10/2018: Victoire historique : le ministre FPO Kickl désinvité du Groupe antiraciste de l’UE – le “cordon sanitaire démocratique” est désormais la doctrine de la Commission Européenne

Victoire historique : le ministre FPO Kickl désinvité du Groupe antiraciste de l’UE – le “cordon sanitaire démocratique” est désormais la doctrine de la Commission Européenne

Herbert Kickl désinvité du Groupe antiraciste de l’UE : l’EGAM remporte une victoire historique qui permet à la Commission Européenne de bénéficier d’une doctrine claire : il existe désormais un « cordon sanitaire démocratique » qui protège les institutions démocratiques européennes des intrusions et des perversions du FPO et de tous les partis similaires en Europe

Panayote Dimitras, Porte-parole du Greek Helsinki Monitor (Grèce) est parmi les signataires

C’est maintenant officiellement confirmé : grâce à l’action de la société civile menée par l’EGAM, le Ministre autrichien FPO de l’Intérieur Herbert Kickl a été désinvité de la prochaine réunion du « Groupe de Haut Niveau de l’UE pour combattre le racisme, la xénophobie et les autres formes d’intolérance. »

Il avait été auparavant choisi comme invité d’honneur de cette rencontre qui se tiendra les 16 et 17 octobre à Vienne.
C’était une grossière tentative du FPO d’instrumentaliser en les pervertissant les institutions démocratiques afin de servir sa stratégie de “dédiabolisation”, et du gouvernement autrichien d’utiliser sa présidence du Conseil de l’UE pour tenter de laver l’infamie que représente la présence des héritiers du nazisme en son sein.

C’est une victoire historique contre ces tentatives par le FPO et tous les autres partis similaires en Europe.

Désormais, la Commission Européenne bénéficie d’une doctrine claire : il existe un « cordon sanitaire démocratique » pour protéger les institutions démocratiques européennes de la perversion par intrusion de tels partis et de tels individus.
L’EGAM et la société civile européenne resteront vigilants pour s’assurer que cette doctrine soit toujours respectée.

La réaffirmation de la primauté des valeurs fondamentales de l’UE par la Commission Européenne à cette occasion renforce les humanistes et constitue un signal de soutien pour celles et ceux qui sont engagés au quotidien partout sur le continent pour promouvoir ces valeurs.

Contact: Benjamin Abtan
Président du Mouvement antiraciste européen – EGAM
Coordinateur du Réseau the Elie Wiesel de Parlementaires d’Europe
Email : benjamin.abtan@egam.eu / benjamin.abtan@gmail.com
Tel : +33 7 60 83 20 80

Voici la liste des personnalités et des organisations qui ont pris part a cette campagne menée par l’EGAM :

Benjamin Abtan, Président du Mouvement antiraciste européen – EGAM, Coordinateur du réseau Elie Wiesel de parlementaires d’Europe, Beate, Arno et Serge Klarsfeld, Avocats, Dirigeants des Fils et Filles de Juifs déportés de France (Allemagne et France), Lena Köhler, Présidente de l’Union des étudiants de l’Université de Vienne (Autriche), Richard J. Roberts, Prix Nobel de médecine 1993 (Royaume-Uni), Oliviero Toscani, Artiste visuel, photographe (Italie), Beni Hess et Bini Guttmann, Présidents du l’Union des étudiants juifs d’Autriche (Autriche), Nadia Gortzounian et Nicolas Tavitian, Président et Directeur de l’Union Générale des Arméniens de Bienfaisance – UGAB (Belgique), Gabriela Hrabanova, Directrice exécutive du European Grassroots Roma Organizations – ERGO (République tchèque), Balint Josa, Coordinatrice de United Againt Racism and for Intercultural Action (Hongrie), Livia Fränkel, Présidente de l’Association des rescapés de la Shoah en Suède (Suède), Willi Hejda, Président de l’Union des étudiants de l’Académie des beaux-arts de Vienne (Autriche), Johanna Ortega Ghiringhelli, Présidente de l’Union internationale de la jeunesse socialiste, Gérard Biard, Rédacteur en chef de Charlie Hebdo (France), Hilde Grammel, Présidente de la plate-forme 20 000 femmes (Autriche), Can Dündar, Journaliste (Turquie), Pascal Bruckner, Essayiste, écrivain (France), Benjamin Stora, Historien (France), Fadela Amara, Ancienne ministre (France), Svetlana Gannushkina, Membre du Board de Mémorial (Russie), Marie Darrieussecq, Ecrivaine (France), Michel Boujenah, Acteur, metteur en scène (France), Jimmy Losfeld, Président de la Fédération des associations générales d’étudiants – FAGE (France), Dominique Sopo, Président de SOS Racisme (France), Lila Le Bas, Président de l’Union nationale des étudiants de France – UNEF (France), Mario Stasi, Président de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme – LICRA (France), Ali Bayramoglu, Auteur et commentateur politique (Turquie), David Albrich, Porte-parole de le mouvement de plate-forme de gauche Linkswende jetzt (Autriche), Sihem Habchi, Récipiendaire de du Prix Simone de Beauvoir, directrice d’Aurore, ancienne président de Ni Putes Ni Soumises (France), Boris Raonić, Président de Civic Alliance (Monténégro), Elie Chouraqui, Réalisateur, scénariste, producteur (France), Ashmet Elezovski et Irfan Martez, Présidents du National Roma Centrum (Macédoine), Ariel Goldmann, Président du Fonds social juif unifié (France), Ashmet Elezovskiet Rudolf Kawczynski, Porte-paroles du Congrès national des Roms (Allemagne), Irsan Jasharevski, Président de l’association Symbiosiz Roma (Macédoine), Oriol Valery Hrytsuk, Coordinateur des Démocrates indépendants contre les régimes autoritaires – IAIDAR (Pologne), Hristo Ivanovski, Président de l’Alliance pour les droits de l’homme (Macédoine), Oriol Lopez Badell, Coordinateur de l’Observatoire européen de la mémoire – EUROM (Espagne), Richard Giragosian, Directeur du Centre d’études régionales (Arménie), Patrice Leclerc, Maire de Gennevilliers (France), Deyan Kolev & Teodora Krumova, Présidents du Centre Amalipe pour la tolérance et le dialogue interethnique (Bulgarie), Frederico Fubini, Journaliste et auteur (Italie), Michel Mallard, Activiste culturel à La Fabrica (Italie), Baskin Oran, Militant des droits humains (Turquie), Ivo Goldstein, Professeur d’histoire à l’Université de Zagreb, ancien ambassadeur de Croatie en France (Croatie), Magdalena Czyż, Membre du Board de Open Republic Association (Pologne), Simon Clarke, Professeur associé à l’Université américaine d’Arménie (Arménie), Marian Mandache, Directeur exécutif de Romani Criss (Roumanie), Dalykali Gomez Baos, Coordonnatrice générale du processus d’organisation le peuple Rrom-Gitano de Colombie – Prorrom (Colombie), Tomas Kubilius, Porte-parole de l’Institut de surveillance des droits humains (Lituanie), Advija Ibrahimovic, Porte-parole des femmes de Srebrenica (Bosnie), Hugo Billard, Professeur d’histoire (France), Menia Goldstein et Ina Van Looy, Présidene et directrice de la CEC du Centre communautaire laïc juif CCLJ (Belgique), Armand Back, Journaliste (Luxembourg), Rithy Panh, Réalisateur, écrivain (France), Macha Fogel, Journaliste au Monde des religions (France), Cengiz Aktar, Professeur associé de sciences politiques à l’Université d’Athènes (Grèce), André Sirota, Auteur et professeur d’université (France), Ofer Bronchtein, Président du Forum international pour la paix (France), Alban Perrin, Coordinateur de la formation au Mémorial de la Shoah (France), Caroline Mecary, Avocate, Conseillère régionale (France), Roberto Romero, Conseiller régional (France), Annette Levy-Willard, Journaliste et auteure (France) , Pascal Blanchard, Historien (France), Panayote Dimitras, Porte-parole du Greek Helsinki Monitor (Grèce), Pierre Henry, Président de France Fraternités (France), Vincent Worms, Président de la Fondation Tsadik (Suisse), Alain Lempereur, Professeur à Brandeis Heller School & Harvard PON (France), Noël Mamère, Journaliste et ancien député (France), Pavlos Tsimas, journaliste à Skai TV (Grèce), Ilias Panchard, Conseiller municipal à Lausanne (Suisse), Annie Lulu, Poètesse (France, Roumanie), Charles Enderlin, Journaliste (France), René Léonian, Secrétaire général de l’Alliance biblique française (France), Aymeric Givord, Membre du conseil d’administration d’Ibuka (France), Alain Grabarz, Président de l’Hachomer Hatzair ( France), Dominique Tricaud, Avocat, ancien membre du Conseil des avocats français (France), Brigitte Stora, Auteure, documentariste, journaliste (France), Gérard Prunier, Consultant international pour l’Afrique et ses questions de sécurité (France), Marc Knobel, Historien (France), Ramazan Dyryldaev, Président du Comité kirghize des droits humains (Kirghizistan), Reyan Tuvi, Documentariste (Turquie), Guillaume Leingre, Auteur (France), Bojan Stankovic, Directeur de l’Initiative jeunesse pour les droits humains (Serbie), Ewa Grzegrzółka, Porte-parole de l’Association d’intervention judiciaire (Pologne), Hubert Heindl, APTE- Conseil international de projet droits humains et paix (Allemagne), Ales Kuslan, Directeur de l’Institut Ekvilib (Slovénie), Urša Raukar, actrice (Croatie), Yves Ternon, Historien (France), Nassim Mekeddem, Vice-président de la FAGE (France), Jacques Maire, Député (France), Henriette Asséo, Historienne (France), Christine Priotto, Maire de Dieulefit (France), Julien Dray, Conseiller régional (France), RedaDidi, Fondateur de «Graines de France» (France), François Levent, Co-Président du MRAP Nantes (France), Catherine de Wenden, Professeure à SciencePo (France), Jacky Mamou, Président du Collectif Urgence du Darfour (France), William Bourdon, Avocat (France), Patrick Klugman, Maire adjoint de Paris (France), Kendal Nezan, Directeur de l’Institut kurde de Paris (France), Guillaume Denoix de Saint Marc, Association française des victimes du terrorisme (France), Ismael Wa Muhikira, Rescapé du génocide contre les Tutsi (Rwanda), Jana Horváthová, Directrice du Musée de la culture rom de Brno (République tchèque), Dominique Attias, Avocate, ancienne vice-présidente du barreau de Paris (France), Franck Papazian, Coprésident de la Communauté arménienne en France (France), Eliott Pavia, Porte-parole du Mouvement des Jeunes socialistes (France), Sonia Bedrosian, Présidente honoraire de l’UGAB Sofia (Bulgarie), Olivier Damaisin, Député (France), Sovachana Pou, Directeur adjoint de la recherche et des publications à l’Institut cambodgien pour la coopération et la paix (CICP) (Cambodge), Daniel Sovachana, Consultant droits humains (Suisse), Renée Le Mignot, Coprésident du MRAP – Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (France), Cyril Hennion, Président de l’Union citoyenne humaniste Jean Moulin (France), Philippe Blondin, Président du Musée juif de Belgique (Belgique), Godefroy Mokamanédé, Coordinateur adjoint du Processus de paix en République centrafricaine (République centrafricaine), Peter Meiwald, ancien député (Allemagne), Angela Scalzo, Secrétaire générale de SOS Razzismo, vice-présidente de l’EGAM (Italie), Alena Krempask, Porte-parole de l’Institut pour les droits humains (Slovaquie), Jette Møller, Présidente de SOS Racisme (Danemark), Pari Ibrahim, Fondatrice et directrice exécutive de la Fondation Free Yezidi (Pays-Bas), Sabina Achterbergh, présidente de l’Association Sinti, Roma, Travellers Netherlands (Pays-Bas), Marigona Shabiu, Porte-parole de l’Initiative des jeunes pour les droits humains (Kosovo), Paula Sawicka, Membre du Board de l’Association Open Republic (Pologne), Armen Vardanyan, Porte-parole de l’Association arméno-ukrainienne (Arménie), Yousif A. Salih, Directeur local de Kirkouk, Fondation Jiyan pour les droits humains (Kurdistan irakien), Burhan Shamo, Activiste yezidi pour les droits humains (Irak), Frédéric Encel, Professeur de géopolitique (France), Flemming Rose, Journaliste et chercheur (Danemark), Jacques Jenny, Photographe (France), Andrzej Luczak, Président de la communauté rom de Pologne (Pologne), Almoutassim Al Kilani, Coordonnateur de programme, Unité Justice et État de droit (Syrie), Bruno Gonçalves Gomes, Porte-parole de l’Association des droits humains (Portugal), Eleni Takou, Droits de l’homme 360 (Ghana), Damian Wutke, Secrétaire général de l’Association Open Republic (Pologne), Magda Czyż, Membre du Board de l’Open Republic Association (Pologne), Maximilien Lerat, Président du Mouvement des jeunes socialistes (Belgique), Seray Genc, Critique de cinéma (Turquie), Luděk Strašák, Responsable des monuments commémoratifs du musee de la culture Roms de Brno (République tchèque), Doros Polykarpou, Directeur de KISA – Action pour l’égalité, soutien, antiracisme (Chypre), Jean Pierre Dusingizemungu, Rescapé du génocide contre les Tutsi, Président d’Ibuka (Rwanda), Suleman Shuker, Militant yezidi des droits humains (Irak), Donald Edward, porte-parole de la communauté nigériane en Grèce (Grèce), Yaroslav Hrytsak, Professeur à l’Université catholique ukrainienne (Ukraine), Luciana Minassian, Professeure, Université de Buenos Aires, Faculté de droit (Espagne), Margret Kiener Nellen, Conseillère nationale ( Suisse), Avtandil Mikaberidze, Directeur du Centre culturel “Caucase”, président de l’Institut géorgien à Athènes (Grèce), Nurcan Baysal, Activiste, écrivaine (Turquie), Josef Zissels, Défenseur des droits humains (Ukraine), Chrystelle Brassinne, Présidente du Conseil national de la jeunesse luxembourgeoise (CGJL) (Luxembourg), Prince Naif Dawood, Président du Conseil suprême indépendant yézidi (Allemagne), Gabriele Zimmer, Eurodéputée (Allemagne), Henry C Theriault, Président de l’Association internationale des spécialistes du génocide (Australie), Daria Mustafina, Directrice de l’Institut de partenariat et du développement durable (Ukraine), Filiz Kerestecioğlu, Député (Turquie), Martin Holler, Historien (Allemagne), Omar Mohammed, Fondateur de Mosul Eye (Irak, France), Ruben Mehrabyan, Expert auprès du Centre arménien d’études politiques et internationales (Arménie), Leon Egan, Porte-parole de l’Union irlandaise des lycéens (Irlande), Sayat Tekir, Militant du mouvement de jeunesse arménienne Nor Zartonk (Turquie), Renée Le Migno, Pierre Mairat et Jean François, Quantin, coprésidents du MRAP – Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (France), Nour-Eddine Skiker, Présidente de l’association Jalons pour la paix (France), Marek Gumkowski, Président de l’Association Open Republic contre l’antisémitisme et la xénophobie (Pologne), Sabiha Souleiman, Présidente de l’Association des femmes roms “Elpida” (Grèce), Elisa von Joeden- Forgey, Présidente de Genocide Watch (États-Unis), Aldo Merkoci, Porte-parole de Mjaft! (Albanie), Irena Petrovic, Directrice de l’Initiative des jeunes pour les droits de l’homme (Bosnie-Herzégovine), Ivan Buljan, Coordonnateur du développement à l’initiative des jeunes pour les droits humains (Croatie), Mario Mazic, Directeur du programme Initiative des jeunes pour les droits humains (Croatie), Miroslav Broz, Porte-parole de Konexe (République tchèque), Daryl Taylor, Porte-parole de Rasmus Network (Finlande), Moavia Ahmed, Président du Forum grec pour les migrants (Grèce), Jeno Setet & Peter Bogdan, Leader et porte-parole du mouvement des droits civils des Roms We Belong Here (Hongrie), Marigona Shabiu, Directrice exécutive de l’Initiative de la jeunesse pour les droits humains (Kosovo), Valerian Mamaliga, Présidente de l’Institut moldave des droits humains (Moldavie), Natalia Tarmas, Membre du Board du Comité pour la défense de la démocratie (Pologne), Jovana Vukovic, Directrice du Centre régional pour les minorités (Serbie), Petra Hartmann, Responsable de projets à Ekvilib Institute (Slovénie), Godwyll Osei Amoako, Président de Centrum Mot Rasism (Suède), Alem Bennett, Directeur du Bureau suédois de lutte contre la discrimination (Suède), Levent Sensever, Porte-parole de Durde ! (Turquie), Andrea Haerle, Directeur exécutif de Romano Centro (Allemagne), David Assouline, Vice-président du Sénat (France), John Mann, Membre du Parlement (Royaume-Uni), Carles Campuzano i Canadés, Membre du Parlement (Espagne), Brahim Hammouche, Membre du Parlement (France), Hubert Julien-Laferrière, Membre du Parlement (France), Nicolas Turquois, Membre du Parlement (France), Monique Limon, Membre du Parlement (France), Sébastien Nadot, Membre du Parlement (France), Niedermüller Péter, Membre du Parlement (Belgique), Gregorio Cámara Villar, Membre du Parlement (Espagne), Katia Segers, Membre du Parlement (Belgique), Ruth Lister, Membre du Parlement (Royaume-Uni), Lisa Mazzone, Membre du Parlement (Suisse), Paul Molac, Membre du Parlement (France), Said Abdu, Membre du Parlement (Suède), Ana Gomes, Membre du Parlement européen (Portugal), Boris Zala , Membre du Parlement européen (Slovaquie), Milorad Pupovac, Membre du Parlement européen (Croatie), Julie Ward, Membre du Parlement européen (Royaume-Uni)

Polina Papanikolaou to address European Parliament on Women and Disabilities tomorrow [live coverage 18h00-18h10 CET]

L012120 POSTER EN

09-10-2018 – Hearing on the rights of persons with disabilities

PETI 04-10-2018 – 16:46

 

The Committee on Petitions each year receives a considerable number of petitions referring to difficulties encountered by people with disabilities in the EU in various fields, such as access to employment, education systems or public transport facilities.

Following a prior public hearing on the topic held by the Committee on 19 October 2015, the upcoming hearing will focus on two specific aspects: i) the legal capacity of persons with disabilities and their right to vote, in the run-up to the European elections in May 2019, and ii) women and disabilities.

The hearing will present the possibility to exchange views with experts, including representatives of the Fundamental Rights Agency and the European Commission, on the role the Committee on Petitions can play in protecting and promoting the rights of persons with disabilities, in the context of the implementation of the UN Convention on the Rights of Persons with Disabilities.

[Addition: Polina Papanikolaou is also a contributor to Greek Helsinki Monitor‘s reports on the rights of persons with diabilities to the UN and elsewhere. The hearing will be transmitted live at http://www.europarl.europa.eu/ep-live/en/committees/video?event=20181009-1430-COMMITTEE-PETI]

Final Programme PETI Hearing on The rights of persons with disabilities-1

Final Programme PETI Hearing on The rights of persons with disabilities-2

RELATED BRIEFING
Requested by the PETI committee

2018 Update of the Study on
the protection role of the Committee on Petitions
in the context of the implementation of the UN Convention
on the Rights of Persons with Disabilities

 

 

 

 

07/10/2018: Σκοταδισμός για μειονοτικά από Βερέμη-Συρίγο-Κακλίκη-Αλεξανδρή στο ΣΚΑΙ.

ΣΚΑΙ 100.3 FM σήμερα 10-11πμ. Θέμα “Η ελληνική μειονότητα στην Τουρκία, η μουσουλμανική μειονότητα στη Θράκη” με τους Καθηγητές Θάνο Βερέμη και Άγγελο Συρίγο και τους Πρέσβεις ε.τ. Γιώργο Κακλίκη (υπεύθυνο του τομέα Εξωτερικής Πολιτικής και Ευρωπαϊκών Υποθέσεων του Ποταμιού) και Αλέξη Αλεξανδρή (Άρχων Μέγας Ρήτωρ του Οικουμενικού Πατριαρχείου). Δέχθηκαν όλοι να μιλήσουν για τη μειονότητα στη Θράκη χωρίς τη συμμετοχή κανενός μειονοτικού -ή κανενός πλειονοτικού με άλλη άποψη πχ. Δημήτρη Χριστόπουλου– γιατί αλλιώς δεν θα έλεγαν ανεμπόδιστα όλα τα απίθανα παραμύθια για την “τέλεια πολιτική” της Ελλάδας στα μειονοτικά (αποκρύπτοντας φυσικά όλες τις καταδίκες από το ΕΔΔΑ καθώς και την επίσημα καταγεγραμμένη πολύ μεγάλη υποστήριξη του μειονοτικού κόμματος ΚΙΕΦ, των 4 μειονοτικών βουλευτών που καταψηφίζουν τις αποφάσεις της Αθήνας -πχ για τα διωκόμενα μειονοτικά τουρκικά σωματεία και τις αρμοδιότητες των μουφτήδων, και των διωκόμενων εκλεγμένων μουφτήδων). Η εκπομπή αργότερα θα ανέβει εδώ: http://www.skai.gr/1003/shows/show/?rshowid=67004.